Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2010 3 10 /03 /mars /2010 14:31

http://fr.wikipedia.org/wiki/Baclof%C3%A8ne


Années 1960
: L'action bénéfique du baclofène dans le traitement de la spasticité est établi.

En 2001, un article fait état de l'efficacité du baclofène dans le traitement du reflux gastrique[9].

En 2003, différentes expérimentations semblent donner des résultats encourageants le traitement de la dépendance à la cocaïne [10]. S

En 2004, Olivier Ameisen, (lui-même alcoolique et médecin) postule qu'au contraire de ce qui se passe avec toutes les autres maladies, il pourrait suffire de supprimer les symptômes de l'addiction pour supprimer la maladie. Les traitements proposés depuis 1992 sont basés sur l'idée que réduire le craving par des médicaments pourrait réduire le risque de rechutes. Mais malgré l'utilisation des médicaments'"anticraving" pendant deux décennies (naltrexone, acamprosate, baclofène à faible dose (30 à 60 mg/j), la mortalité et la morbidité des addictions à l'alcool, la cocaïne etc... sont restée les mêmes malgré l'utilisation d'anticravings chez des millions de patients dépendants. Ameisen émet alors l'hypothèse que les effets "dose-dépendants" du baclofène - qui à hautes doses supprime la motivation à consommer de l'alcool chez le rat alcoolodépenadnt - pourraient être transposés à l'homme. Il propose un modèle translationnel dans lequel le baclofène à hautes doses pourrait supprimer toute envie de consommer de l'alcool (et autres drogues) chez l'homme. Après s'être auto-administré du baclofène à hautes doses, il publie son cas de suppression complète de la maladie alcoolique et sa découverte qui propose un nouveau modèle thérapeutique: la suppression (par opposition à la simple réduction) du craving. [11][12]. ll appelle de façon répététe à des essais cliniques concernant de fortes doses

En 2008, il publie un ouvrage grand public à destination des patients, de leurs familles et des médecins évoquant l'efficacité du baclofène dans le traitement de l'alcoolodépendance. Le livre suscite une vive controverse en France. Aux yeux de certains spécialistes de l'addictologie, les résultats - pourtant jamais décrits auparavant : la suppression complète l'alcoolisme par un médicament obtenus restent insuffisants pour pouvoir unanimement recommander l'usage, d'emblée, du baclofène dans le traitement de l'alcoolodépendance, sans études complémentaires. En effet, les rares études ne concernent à ce jour que des cas isoléspar l'auteur ainsi que par d'autres aux États-Unis et en Europe qui ont publié dans des revues médicale de référence des résultats identiques après avoir utilisé son modèle thérapeutique par baclofène à hautes dose[13] [14].

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires